alternatives, éducation, pédagogie, projet, société

Ecoles alternatives, FRANCE n°1 : le réseau DIWAN

Tout le monde est un génie. Mais si on juge un poisson à sa capacité à grimper à un arbre, il passera sa vie à croire qu’il est stupide.

Albert einstein

Au fil des mois, je vais vous présenter des écoles qui ont choisi de proposer autre chose, qui font la différence par leur projet, leur fonctionnement ou leur pédagogie, en France et dans chaque pays où nous irons. Loin de moi l’idée de vous dire qu’une école ou une pédagogie est meilleure qu’une autre. Je souhaite simplement faire ressortir la diversité existante et faire naître l’espoir que, parmi ces choix, tous les enfants peuvent s’y retrouver !

Bienvenue en pays Bretagne !

Pour commencer cette série sur les écoles alternatives (ou les alternatives à l’école « unique ») j’ai envie de vous partager notre expérience de l’école Diwan. Cela me tient à coeur, d’une part parce que je suis bretonne 😜, mais également parce que nous y avons trouvé un accueil et un enseignement qui correspond à nos valeurs et aux besoins actuels de nos enfants.

  1. Une école Diwan, qu’est-ce que c’est ?
  2. Comment fonctionne une école Diwan ?
  3. Qu’est-ce qui est différent dans une école Diwan ?
  4. Notre expérience de l’école Diwan de Rennes
  5. Pour en savoir plus

1 – Une école Diwan, qu’est-ce que c’est ?

La première école Diwan a ouvert en 1977 à Ploudalmézeau, dans le finistère. Depuis cette ouverture du bout du monde, une cinquantaine d’écoles du primaire au lycée ont ouvert leurs portes dans toute la Bretagne et jusqu’à Nantes (pas de polémique sur l’appartenance de la Loire-Atlantique à la Bretagne, ceci est juste une précision géographique…). Ces écoles sont nées d’un mouvement de parents et enseignants souhaitant transmettre une culture, en passant par l’immersion dans la langue bretonne. Cela signifie que tous les adultes, de l’enseignant à l’animateur périscolaire en passant par l’ATSEM, parlent en breton aux enfants, et ce dès la petite section.

2 – Comment fonctionne une école Diwan ?

Les écoles du réseau Diwan sont associatives, c’est-à-dire que les parents adhèrent à l’association et participent à la vie de l’école par le biais du conseil d’administration et de commissions (bricolage, ressources humaines, comptabilité, kermesse, etc.). Elles sont également laïques, gratuites et ouvertes à tous, bretonnants ou non. Les classes sont sous contrat avec l’éducation nationale, c’est donc l’état qui rémunère les professeurs, ceux-ci ayant bénéficié de la même formation que ceux des écoles publiques et respectant le socle commun du programme officiel. Chaque école fixe ses propres horaires selon son organisation, mais la semaine de 4 jours semble être la règle générale.

3 – Qu’est-ce qui est différent dans une école Diwan ?

D’abord la langue, vous l’aurez compris, mais pas que ! Le projet pédagogique met l’accent sur le développement de la personnalité de l’enfant, son autonomie, sa prise d’initiative et sa responsabilisation. Il y est aussi question de créativité, coopération et tolérance. Concrètement, les enfants sont moins nombreux par classes (maximum 22) pour que l’enseignant puisse être disponible pour chacun. Les classes sont très souvent à double niveau, voir plus, ce qui permet la coopération, le soutien entre élèves, et une capacité d’adaptation des enseignants aux différents niveaux de compréhension et d’apprentissages. Les activités ou ateliers inter-classes sont favorisés, ce qui permet aux enfants de vivre des expériences avec des élèves d’un autre niveau, d’être soutenu ou d’être valorisé.

4 – Notre expérience de l’école Diwan de Rennes

En ce qui nous concerne, Naël y fait sa troisième rentrée et Léon sa deuxième et nous sommes assez satisfaits de notre expérience à l’école Diwan de Rennes :

  • Naël, petite fille hypersensible et de caractère, y a trouvé un enseignant qui a su la comprendre et s’adapter à ses besoins de manière à lui permettre d’avancer dans ses apprentissages, sans lui mettre la pression (elle réagit assez vite et mal à la pression 😬) mais sans baisser ses exigences. Elle était en plus dans une classe de maternelle à multi-niveaux (de la toute petite à la grande section), ce qui lui a permis d’apprendre le breton à son allure et de rattraper ses camarades lorsqu’elle en était capable. Le passage en CP s’est fait auprès d’une institutrice qu’elle avait dejà croisé à de multiples reprises et cela l’a rassuré.
  • Pour Léon, l’entrée en toute petite section a pu se moduler selon ses envies et ses capacités, pour passer de 2 jours à 4 jours par semaines lorsqu’il en était prêt. Il y a très rapidement trouvé sa place et la durée d’adaptation prévue a été raccourcie.
  • En tant que parents, nous y avons aussi trouvé notre place, dans le dialogue avec les enseignants comme la direction, et dans la gestion de l’école (contrairement à l’expérience de petite section où nous avions l’impression de subir un fonctionnement dans lequel nous ne nous reconnaissions pas et qui ne convenait pas à notre enfant).
  • Ce choix d’école bilingue s’est fait avant notre projet de voyages, mais nous sommes convaincus que cet apprentissage précoce d’une autre langue (que celle parlée à la maison) permettra aux enfants d’être plus à l’aise que nous dans l’acquisition future et la compréhension d’une langue étrangère.
  • Notre départ prochain sur Saint Brieuc est facilité par la transition d’une école Diwan à l’autre. Les enseignants peuvent échanger entre eux et le fonctionnement est globalement semblable. Cela nous rassure et les enfants aussi !

5 – Pour en savoir plus

  • Sur le réseau Diwan à travers sa page officielle, c’est ICI.
  • Sur l’école Diwan de Rennes, c’est ICI.
  • Pour mieux comprendre ce qu’est la pédagogie immersive, rendez-vous ICI.

Pour conclure, j’ai juste envie de vous dire que l’échec scolaire ce n’est pas un enfant qui manque de capacités, mais plutôt une école qui manque de moyens. L’instruction est un droit et une obligation, mais la scolarisation doit rester un choix et pas une contrainte (pour l’enfant comme les adultes 😉).

1 réflexion au sujet de “Ecoles alternatives, FRANCE n°1 : le réseau DIWAN”

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.