congo, projet, société

4 choses à apporter en Afrique

Comme vous pouvez l’imaginez (si vous n’avez pas encore lu cet article), faire nos valises était un casse-tête. On a laissé derrière nous la plupart de nos affaires pour ne partir qu’avec ce qui nous semblait essentiel. On a certainement fait des erreurs, mais il y a au moins 4 choses qu’on ne regrette pas du tout d’avoir apporté avec nous…

1 – Un filtre à eau

Les personnes qui voyagent savent qu’il est rarement bon de boire l’eau du robinet. Même si celle-ci est considérée comme potable, nos corps d’occidentaux ne sont pas prêts à supporter les bactéries présentes, et les toilettes risquent d’être souvent occupées😳… Il est donc généralement conseillé d’acheter de l’eau en bouteille. Vous imaginez donc la consommation de packs de bouteilles plastiques que cela implique pour 4… Il y a aussi la possibilité ici d’acheter une fontaine à eau avec des bonbonnes de 10 litres, ce qui limite les déchets, mais pas les achats 😵!

Notre vie en camping-car nous a permis de nous renseigner sur les différents filtres à eau qui existent sur le marché. Le favori des voyageurs, c’est le Berkey, qui filtre un peu tout et se présente en cuves. On visait les cuves inox, mais ils étaient en rupture de stock avant notre départ 😱. On s’est replié sur les cuves plastiques, et finalement on en est très contents !! ça prend moins de place qu’une fontaine, on peut utiliser l’eau du robinet, et on a beaucoup moins de bouteilles plastiques à stocker et jeter, vous l’aurez compris !

2 – Ma cup

Je suis désolée pour les âmes pudiques, mais les règles ne sont plus un sujet tabou aujourd’hui, et je suis sûre que si vous cherchez bien vous trouverez bien une sœur, une mère, une femme ou une fille de votre entourage qui est concernée 😜. Passé le premier malaise avant d’aborder un sujet intime, je peux maintenant attaquer le fond de la question : j’adore ma cup !!

J’ai découvert la cup après la naissance de Naël, il y a 8 ans, et depuis je ne m’en passe plus ! 0 déchets, 0 stockage, top confort, sans produits chimiques, je ne pourrais pas repasser à autre chose. Je suis donc partie avec au Congo, en toute logique, surtout que niveau place c’est aussi très économique 😊. Hé bien je suis vraiment contente d’y avoir pensé, parce qu’ici, avec la chaleur et l’humidité déjà présente dans l’air, je n’imagine pas l’inconfort des serviettes ou des tampons. Non, vraiment, si vous n’avez pas encore essayé, tentez Mesdames, vous n’avez rien à perdre !

3- Le matos de vapote

Pour cette partie, vous vous doutez que c’est plutôt Patrice 😜. Après la naissance de Naël également, lui est passé à la vapote et a totalement arrêté la cigarette. Pour le gros fumeur qu’il était, c’était un challenge, mais il l’a tenu. Par contre, sans vapote, c’est comme un fumeur sans feu, il panique… Par précaution, il en avait apporté 3, avec un peu de réserve de produits, arômes et batteries.

Hé bien, il a eu le nez fin, parce qu’ici, pas de boutique de vapoteurs ! Il y a bien quelques vapoteurs, mais surtout des européens. Du coup pour s’approvisionner en produit, il y en a très peu, pas forcément de bonne qualité et limité en choix, donc forcément assez cher… Deux des vapotes apportées ont rendu l’âme, la dernière tient encore mais pour combien de temps..? Heureusement, les vapoteurs sont solidaires entre eux, des connaissances qui rentrent en France pour les fêtes de Noël vont pouvoir ramener un peu de matériel pour Patrice. Ouf 😅!

4 – Notre patience

Haaaaaa l’Afrique ! On entend parler de son rapport au temps et aux horaires, mais il faut le vivre de l’intérieur pour le comprendre ! Nous ne sommes pas des stressés, des speeds, on n’a jamais cherché à obtenir les choses rapidement, globalement nous sommes plutôt des gens patients. Et heureusement ! Notre patience est souvent mise à l’épreuve, et on apprend chaque jour à l’être d’avantage 😌!

Dès notre arrivée à l’aéroport, ils nous ont laissé patienter plus d’1h30, après nos 8h d’avion… Pour le travail de Patrice, ben… On attend toujours qu’ils rappellent 😂! Pour que le menuisier vienne raboter les pieds des tabourets, je suis passée le voir 4 fois en 10 jours, et avant qu’un spectacle commence il faut au moins compter 30 à 45 minutes après l’horaire annoncé 😆. Quand on le sait, c’est plus simple, on devient soi-même un peu moins ponctuel ou alors on amène de quoi s’occuper !

On apprend à vivre en Afrique (ou ailleurs) avec ce que nous sommes, ce que nous sommes prêts à changer, à perdre ou à apprendre. Et quelque soit la durée de cette expérience, nous ne pourrons en sortir que changés, voir grandis, j’en reste persuadée❤.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.