congo, société

Voyage des sens

Aujourd’hui je ne vais pas vous parler de mes réflexions ou d’aventure, je vais simplement essayer de vous faire voyager un peu avec nous. Vous venez ?

1- Pleins les yeux

Dès qu’on sort dans la rue, il suffit d’ouvrir ses yeux pour être submergé de couleurs : celles des robes en pagne, des étals de fruits, du ciel à l’aube ou au crépuscule, du bleu des taxis. Parfois, on a la chance d’apercevoir entre deux branches un petit oiseau rouge vif ou vert pomme avant qu’il ne s’échappe. A l’inverse, il faut regarder où on met les pieds pour ne pas marcher sur un margouillat (ces gros lézards), reptile assez banal pour la femelle, mais dont le mâle est très coloré. Ils s’arrêtent souvent pour faire des pompes et nous observer de leurs yeux globuleux. Mais ce que moi je préfère, c’est voir éclater les sourire sur les peaux noires, c’est échanger un regard rieur qui dépasse du masque, ou encore observer les grappes d’écolier en uniforme à l’heure de sortie des écoles.

Ce qui est moins agréable, c’est de ne pas pouvoir fermer les yeux sur la pauvreté et la misère qu’on croise. Ces enfants qui mendient un bout de pain, ces hommes en guenilles qui errent au bord de la route ou fouillent dans les poubelles. Ces déchets qui débordent malgré le passage des éboueurs ou qui jonchent le sol en tas dans les petites rues.

2- Narines sensibles préparez-vous…

Il vaut mieux vous prévenir, si vous avez l’odorat trop sensible, bouchez-vous le nez. Ce n’est pas que ça sente mauvais, mais les odeurs les plus agréables se mélangent parfois avec les pires… Personnellement, j’ai l’odorat assez développé, je passe donc d’un état de ravissement à une envie de vomir assez rapidement.

Quand on passe auprès des poubelles dont je parle juste avant, les enfants nous rappellent de nous boucher le nez à chaque fois. Imaginez les ordures ménagères sans sac, sous le soleil et avec 30°, ne serait-ce que pendant 2 ou 3h… En faisant 2 mètres de plus, on respire de nouveau, un doux fumet de grillades au bord de la route nous caresse les narines et nous donne l’eau à la bouche. Nous avançons encore, nous croisons alors les pêcheurs qui vendent leurs poissons au carrefour : l’odeur de ces animaux aquatiques ne nous séduit pas forcément, mais mélangé aux odeurs de pots d’échappement et d’essence, je ne vous fais pas un dessin… Ouf, on arrive à la maison et on attaque un ananas frais : celui-ci nous enrobe de son odeur sucrée, nous ne pouvons pas résister à son appel silencieux !

3- Vous avez entendu ? Alors écoutez !

Je suis mélomane et j’accorde une grande importance à l’écoute, peut-être parce que je suis aussi sensible à ce sens-là.

Si je ne me concentre pas sur le vacarme des klaxons, des moteurs de camions ou de groupes électrogènes, des chiens qui aboient à toutes heures de la nuit, ou des mangues qui tombent sur notre toit en nous faisant sursauter à chaque fois (certaines doivent être très grosses !), j’adore ce que j’entends ici. J’adore entendre les gens parler dans la langue locale et rire fort, d’un rire qui ne peut que transmettre l’envie de sourire. J’adore entendre le chant des oiseaux, délicat et discret, puis les chants collectifs et rythmés qui sortent on ne sait d’où mais qui arrivent jusqu’à nous, parfois en pleine nuit. J’adore entendre les vagues, ça me rappelle la Bretagne. Mais plus que tout, ce que j’adore c’est entendre le cliquetis des perles dans les tresses des petites filles qui courent, des mamans qui marchent en ondulant, des jeunes filles qui se pavanent. A chaque fois, je ne peux m’empêcher de tourner la tête pour voir d’où ce son vient et qui le fait. Je ne suis jamais déçue.

Ici, peut-être plus qu’ailleurs, on côtoie le meilleur et le pire, on ressent et on sent des choses qui nous touchent et nous bousculent. On n’est pas obligé d’aimer, mais on peut profiter et garder ses sens en éveil pour attraper au vol celui qui nous fera vibrer. J’espère avoir réussi avec ces quelques mots à vous transmettre un peu de notre vie et de ma perception de ce qu’elle est. Bon voyage et à bientôt !

2 réflexions au sujet de “Voyage des sens”

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.