D’où vient l’idée

Dans la tête d’Amandine…

Ensemble au quotidien depuis 2007, Patrice et moi apprenions à vivre ensemble, avec ses enfants présents et l’envie d’en avoir d’autres. Déjà un peu « différents », par choix de vie et ordre des priorités, nous avions acheté un petit terrain sur lequel nous avions plusieurs caravanes-chambres. Cette vie simple, avec moins de contraintes matérielles nous convenait bien.

Avec mon diplômée d’éducatrice spécialisée en poche en 2008, j’ai cherché un emploi en accord avec mes convictions : être présent auprès des parents dès le plus jeune âge, et repenser l’accueil des jeunes enfants pour qu’il soit adapté à tous. Ce poste n’existait pas, j’ai donc créé avec une amie une association pour accompagner les familles et les professionnels à l’accueil de tous. Nous avons rapidement rejoint l’association Merlinpinpin qui avait commencé le même travail quelques mois plus tôt.

Avec l’aide de la PMA (procréation médicalement assistée), Naël est arrivée en 2013. Désirée et attendue autant par nous 2 que par le reste de la famille (frère et sœurs, grands-parents…), elle a été choyée et aimée dès son arrivée. Elle a remis en question pas mal de nos habitudes, croyances et a priori. Elle nous a forcé à nous ouvrir vers l’éducation bienveillante pour mieux l’accompagner. Son arrivée a été un déclencheur de beaucoup de choses. Nous avons aussi emménagé dans un appartement pour plus de confort dans l’optique d’un deuxième enfant.

D’abord bénévole de 2008 à 2011, j’ai été en poste au sein de Merlinpinpin en 2011. Je pouvais vraiment travailler en accord avec mes principes, mes valeurs, et défendre mes convictions. J’ai adoré créer des projets, apprendre à réaliser un film, rencontrer des familles, collaborer avec tous types de professionnels. Je ne pouvais pas rêver meilleur emploi avec un poste fait sur mesure pour mes compétences, dans une liberté d’action idéale et une confiance partagée avec les responsables.  

Léon est arrivée en 2016, toujours après un parcours de PMA, dans notre famille qui l’attendait, plus consciente des besoins de l’enfant qu’elle ne l’avait été. La vie en appartement n’était pas vraiment celle que nous espérions et l’envie de s’évader grandissait. Une première expérience de voyage familial en Espagne est tentée. Malgré l’organisation conséquente et les efforts demandés aux enfants (trajet en avion, train, bus, piéton), l’envie de repartir ne nous quitte pas, même si elle est repoussée.

2017 marque une nouvelle évolution à Merlinpinpin : le pôle ressource petite enfance et handicap est reconnu et va pouvoir se développer. C’est une opportunité que nous attendions, nous nous lançons sans compter (ou presque), nous donnons tout ce que nous pouvons pour démarrer, accompagner, communiquer, répondre aux demandes… Beaucoup de tâches à coordonner, de pression face aux familles sans solutions, d’attentes devant des professionnels démunis… De belles rencontres aussi, des échanges avec d’autres pôles ressources, des initiatives qui émergent, des bonnes volontés qui se font connaître.

L’envie d’un 3ème enfant est aussi plus forte que le ras le bol de la PMA, et début 2018 marque la reprise des rendez-vous à l’hôpital. En même temps, la fatigue du rythme quotidien imposé pèse sur les enfants et nous-même. L’optique d’une reprise de travail à temps plein pour Patrice après la fin de son congé parental me fait peur. Je ne veux pas donner cette image de l’adulte à mes enfants : celui qui est toujours fatigué, qui n’est pas disponible pour les autres, qui court tout le temps… Et pourtant j’y ressemble de plus en plus.

En juin 2018, un séminaire entre pôles ressources au niveau national relance ma motivation, devant tant d’énergie collective, de professionnels avant tout humains qui croient en ce qu’ils font, des idées que je rejoins dans la volonté de changer le système en profondeur plutôt que de mettre des pansements éphémères sur des difficultés récurrentes… Il y a tellement d’autres manières d’aborder les choses, il suffit de regarder comment cela se passe ailleurs !? Nos voisins européens ne sont pas si différents dans leur culture, mais chacun a pourtant une autre manière d’aborder l’éducation, la parentalité, l’inclusion… 

Pourquoi nous n’irions pas voir nous-même comment nos voisins s’organisent pour accueillir les jeunes enfants ? Pourquoi nous n’irions pas nous-même interroger les familles sur leur vision de l’avenir avec et pour leurs enfants ? Pourquoi nous ne ferions pas nous-même le pas vers les autres, pour mieux les connaître, pour partager notre expérience et la leur ? Peut-être que nous pourrions ramener des idées, de l’espoir, des exemples pour faire autrement, pour s’inspirer, pour s’adapter ?

ALORS QU’EST-CE QU’ON ATTEND ?? ALLONS-Y !!! Montrons à nos enfants qu’il est possible de vivre autrement, en accord avec nos valeurs, différents des autres sans s’en éloigner, semblables sans leur ressembler pour autant. Partageons, échangeons, discutons, faisons connaissance dans le respect de chacun, sans essayer de faire changer celui qui diffère de nous. Inspirons nous de ce qui peut être bénéfique à tous, puisons dans ce qui peut servir à quelques-uns, mélangeons les savoirs, les connaissances et les expériences pour faire mieux que ce que nous ferions seul.

Nous allons voir ailleurs, et on vous raconteras !